Réseau Éducation Sans Frontières 33 Réseau Éducation Sans Frontières 33

« Ahmed doit sortir »

BORDEAUX. Un jeune de 18 ans, lycéen à Lormont, est placé en rétention administrative

article écrit par Dominique andrieux - publié dans sud ouest - Gironde - 08-01-2009

8 janvier 2009

BORDEAUX. Un jeune de 18 ans, lycéen à Lormont, est placé en rétention administrative « Ahmed doit sortir »

Le hasard a très mal fait les choses pour Ahmed Aoudi. Ce jeune Tunisien arrivé en France voici deux ans et scolarisé au lycée Jacques Brel de Lormont, est en situation irrégulière depuis le jour de ses 18 ans, en mars dernier.

Comme ses frères aînés Riadh, 26 ans, aujourd’hui artisan installé à Bordeaux ou Aymn, 22 ans, charpentier en CDI à Floirac, Ahmed Aoudi espérait parvenir à une régularisation de séjour via un diplôme et un emploi. Il avait déjà en poche une convention de stage pour juin prochain.

Mais le destin s’est mis en travers. Vendredi dernier, vers 20 heures, il marche rue Sainte-Catherine, aux abords de la place de La Victoire , lorsqu’une patrouille de la police nationale lui demande de présenter une pièce d’identité. Le jeune homme ne peut fournir qu’un titre de transport. Placé en garde à vue, il explique sa situation aux enquêteurs.

Il est arrivé à l’âge de 16 ans avec son frère Aymn, 20 ans à l’époque. Ils logent depuis chez leur frère aîné Riadh. Ahmed suit une formation BEP électro- technique au lycée professionnel Jacques-Brel, à Lormont, depuis la rentrée dernière.

« C’est très dommage que mon frère, si bien parti dans les études, se retrouve en prison, ce n’est vraiment pas sa place », explique pausément Riadh Aoudi.

Réseau éducation sans frontière (RESF) a décrété la mobilisation maximale devant « une situation intolérable ». « En Gironde, c’est la première fois qu’un élève est placé en CRA », dénonce l’association. Ajoutant que, selon elle, « Jusqu’à maintenant en France, toute personne, surtout aussi jeune, ayant entamé une formation scolaire ou professionnelle, pouvait l’achever ». Lundi, le juge des libertés et de la détention s’en est tenu à la forme. Le placement au CRA est conforme au vu qu’Ahmed Aoudi ne justifie d’aucune autorisation de séjour sur le territoire national. RESF veut relever le défi, lutter pour que la mesure de rétention pour une durée de quinze jours, renouvelable une fois, n’aboutisse pas à l’expulsion. « Ahmed doit sortir », revendiquent les militants de l’éducation sans frontière.

Dés mardi, l’association a lancé une pétition intitulée : « Ne laissons pas Ahmed enfermé ». Des enseignants et des élèves du lycée Jacques Brel ont été les premiers signataires. Hier, le texte mis en ligne sur le site de RESF (resf33.free. fr) en comptait 500, à 17 h 43. Dont un certain nombre extérieures à la Gironde.

Ils lui portent les devoirs.

La situation d’Ahmed émeut au lycée lormontais. Hier, en marge de toute organisation, trois professeurs accompagnés d’élèves de sa classe lui ont porté ses devoirs.

« Un élève sans histoires », dit Catherine Dauny, le proviseur. « Avec 10,50 de moyenne générale, il a fait un trimestre honorable pour un jeune qui n’a pas une totale maîtrise de la langue », ajoute Agnès Dubourg, professeur et militante de RESF Rive droite.

Hier après-midi, Riadh et son frère Aymn, ont rencontré les bénévoles de l’association, à Lormont. « Dans la nuit de vendredi à samedi, son téléphone portable ne répondant plus, nous sommes allés au commissariat et on nous a dit qu’ils ne le connaissait pas, qu’il n’était pas là. Mais samedi, à 11 heures, trois policiers sont venus avec Ahmed à l’appartement pour récupérer son passeport mais on ne l’a pas trouvé ».

Très affecté, les yeux rougis, Riahd dit vouloir se battre « pour qu’Hamed ait un diplôme ». Et s’intègre comme lui et son frère.

-----

Pour signer la pétition de soutien à Ahmed

-----

Article sur la libération d’Ahmed paru dans Sud Ouest le 09-01-2009

Article sur la situation d’Ahmed paru dans 20 minutes Bordeaux le 09-01-2009

-----

Rassemblement vendredi 9 janvier à 18h annulé devant le CRA pour puisque Ahmed a été libéré jeudi 8 janvier

Contactez le resf33

par mail :

resf33.bdx@gmail.com

par courrier :

RESF 33 - Bourse du Travail

44 Cours Aristide Briand

33075 Bordeaux cedex

en se rendant aux permanences

Sur le site national

Toute l’actualité du site National