Réseau Éducation Sans Frontières 33 Réseau Éducation Sans Frontières 33

agenda

Du 1er janvier Au 30 juin
Les permanences

RESF33 1e me du mois, 10h ASTI.


Communiqué de Presse du RESF 33

Une famille menacée en Géorgie risque l’expulsion. SAUVONS-LES DE L’INTOLERABLE !

19 janvier 2009

 Nugzar Sulashvili, sa femme et leurs deux enfants pourront rester à Bergerac. Le tribunal administratif de Bordeaux a en effet annulé l’arrêté par lequel le préfet de la Dordogne a refusé de leur accorder un titre de séjour. Il a de même annulé l’obligation qui leur avait été faite de quitter la France et de regagner la Géorgie.

Voir l’article du 17/02/2009 publié dans sud ouest - Dordogne : "AFFAIRE SULASHVILI. Le tribunal annule l’arrêté préfectoral"

-

Venez soutenir Ioané, Salomé, Sira et Nugzar devant le Tribunal administratif de Bordeaux le 22 janvier à 09h15.

L’audience sera suivie d’une conférence de presse ainsi que d’un parrainage organisés par le RESF33

"Une famille menacée en Géorgie risque l’expulsion. SAUVONS-LES DE L’INTOLERABLE !"

Salomé, lycéenne de 17 ans, est arrivée en France à l’âge de 12 ans. Suite à une tentative de meurtre puis une tentative d’enlèvement, sa famille a fui la Géorgie puisque personne ni aucune autorité ne pouvaient assurer sa sécurité. Les parents de Salomé, Nugzar et Sira Sulashvili, sous le coup d’une OQTF (Obligation à Quitter le Territoire Français).

Nugzar Sulashvili, avocat et juriste, après avoir été colonel des gardes-frontières, avait créé en Géorgie une ONG pour la défense des droits des étrangers (FCRS) qui fait partie d’un ensemble international « La coalition contre la traite des femmes ». Cette ONG apportait une aide juridique et sociale à des migrants, notamment des femmes victimes de réseaux de prostitution. Nugzar Sulashvili en a retiré 90 du trottoir et a dénoncé les pratiques de la mafia géorgienne, réduisant ainsi les profits du marché du sexe, secteur économique florissant.

Nugzar avait cru que sa famille trouverait en France la protection qu’elle n’a pas reçue. Mais l’asile leur a été refusé.

Ioané, petit garçon de plus de trois ans est né en France. Il n’a connu que la peur, la traque et les changements de domicile.

Jeudi 22 janvier, l’avocat de la famille, Maître Piquois, plaidera devant le tribunal administratif de Bordeaux contre la double OQTF notifiée par la préfecture de la Dordogne. Malka Marcovich, représentante en Europe de « La coalition contre la traite des femmes » viendra aussi apporter son soutien.

Il est impensable que cette famille soit livrée aux meurtriers, et inimaginable qu’elle ne puisse obtenir des autorités la délivrance de titres de séjour et le droit de vivre en sécurité. RESF33 et RESF24 appellent à venir soutenir cette famille qui n’a pas à être sacrifiée à la loi du marché du sexe. Il est intolérable que des enfants s’en retrouvent otages et intolérable de les savoir vivre dans la crainte que leurs parents leur soient enlevés. Salomé en est consciente, jeudi prochain, elle viendra à l’audience regarder en face les juges de la décision desquels dépend le sort de sa famille.

Venez soutenir Ioané, Salomé, Sira et Nugzar devant le Tribunal administratif de Bordeaux le 22 janvier à 09h15

L’audience sera suivie d’une conférence de presse ainsi que d’un parrainage organisé par le RESF33.

Une pétition pour cette famille se trouve d’ores et déjà sur le site du resf33

Contacts presse : Odette Toulet-Castera 06 16 23 27 39 Céline Bru 05 56 33 22 35

Contactez le resf33

par mail :

resf33.bdx@gmail.com

par courrier :

RESF 33 - Bourse du Travail

44 Cours Aristide Briand

33075 Bordeaux cedex

en se rendant aux permanences

Sur le site national

Toute l’actualité du site National