Réseau Éducation Sans Frontières 33 Réseau Éducation Sans Frontières 33

agenda

Du 1er janvier Au 30 juin
Les permanences

RESF33 1e me du mois, 10h ASTI.


là-bas, c’est la mafia qui l’attend

article écrit par Marion Guillot publié dans 20minutes Bordeaux - 23-01-2009

24 janvier 2009

Il y avait du monde, hier matin, autour des Sulashvili. Sous le coup d’un arrêté d’expulsion, cette famille géorgienne était venue contester cette décision devant le tribunal administratif. A leurs côtés, une trentaine de militants du Réseau éducatio…

Il y avait du monde, hier matin, autour des Sulashvili. Sous le coup d’un arrêté d’expulsion, cette famille géorgienne était venue contester cette décision devant le tribunal administratif. A leurs côtés, une trentaine de militants du Réseau éducation sans frontières (RESF), d’Amnesty international et de la Ligue des droits de l’homme, présents pour alerter l’opinion. « Ce cas n’est pas tout à fait classique, car le père de famille défendait les droits de l’homme dans son pays », souligne RESF.

Arrivés en France il y a quatre ans, les Sulashvili, qui ont deux enfants de 3 et 16 ans, ont fui les menaces de mort dont le père, Nugzar, faisait l’objet. A la tête d’une ONG, cet avocat de formation luttait notamment contre les réseaux de prostitution. Mais pas seulement : « Il a mis en cause des députés et le procureur général adjoint géorgiens dans un trafic de visas et dénoncé la collusion entre les autorités et la mafia », a affirmé son avocat, Maître Gilles Piquois. En guise de représailles, sa famille aurait été menacée à plusieurs reprises. Sa fille de 16 ans, Salomé, qui parle couramment français, de raconter : « Quand j’avais 11 ans, des hommes ont essayé de m’enlever à mon collège, en se faisant passer pour des collègues de mon père… Et nous recevions des coups de téléphone à la maison, nous disant qu’il ne rentrerait pas vivant. Nous avons porté plainte, mais la police n’a jamais rien fait. » Un « cauchemar », qu’elle cherche à oublier. Retourner en Géorgie « ferait tout recommencer, car les trafiquants sont toujours là-bas », poursuit-elle. Le commissaire du gouvernement a demandé le rejet de leur requête et le tribunal a mis sa décision en délibéré à une date indéterminée.

---------------------------------

Voir l’article du 17/02/2009 publié dans sud ouest - Dordogne : "AFFAIRE SULASHVILI. Le tribunal annule l’arrêté préfectoral"

Voir la pétition pour cette famille sur le site du resf33

Voir aussi le communiqué de Presse du resf33

---------------------------------

Contactez le resf33

par mail :

resf33.bdx@gmail.com

par courrier :

RESF 33 - Bourse du Travail

44 Cours Aristide Briand

33075 Bordeaux cedex

en se rendant aux permanences

Sur le site national

Toute l’actualité du site National